LES CAILLOUX VERTS    
 
                    Elle sème des cailloux verts, pourquoi ? 
Mystère … elle connaît le chemin , elle a répété l’itinéraire au moins dix fois :
       -“ quatre pas depuis la grille du jardin au coin du mur de glycine ”
       - “ six  petits sauts sur le damier des pavés et l’arrêt de bus ”
Elle époussette soigneusement le dessus du banc et s’assoit bien gentiment .Tout doit se dérouler d’une façon précise ,sinon elle s’affole ,….mais tout va bien .
 Le bus s’arrête :
         - ” deux marches , le ticket , un siège à gauche “
Elle tire sur sa robe de laine pour éviter le moindre pli et pose son sac bien droit sur les genoux .
         - “ un, deux, …….., cinq , sept ” les voitures vertes uniquement.
La gare est le dernier arrêt . Elle attend que tout le monde soit descendu pour s’engager dans l’allée, la sortie , le sol cimenté….La porte vitrée du hall est toujours entrebâillée . Elle consulte le panneau pour vérifier le quai et la destination puis un demi-tout en arrière . Elle marche au milieu , en ligne droite vers le train déjà garé depuis longtemps puisque c’est son point de départ . Elle sait qu’elle a vingt minutes d’avance pour être sûre de pouvoir s’installer à la place numérotée réservée à l’avance .
Elle attend le départ en lisant le magasine acheté pour le voyage .
          - ” tout a été comme prévu” , plus de crainte pour le moment, il suffit d’être patiente, le caillou vert posé à ses pieds la rassure .
 Sur le quai le balayeur se presse. Il a fini sa journée , debout depuis des heures il a hâte de rentrer.
         - “ Tiens, des cailloux verts! “
          -” Cela ferait joli dans l’aquarium du salon “ , les ramassant un à un il les range dans sa poche .
    - ” On trouve de tout dans les gares ” dit il couramment , rien ne lui semble plus bizarre , ” vous savez , les gens ……”
Elle le voit ….son regard posé sur lui fixement…
Il relève la tête et aperçoit derrière le carreau une gamine qui agite la main en souriant .
           -” ils te plaisent les cailloux verts? ne bouges pas, je monte te les apporter”
Il dépose les cailloux verts dans le creux de la main de la jeune passagère .
           -“ Attends, il y en a encore un” il se baisse, lui donne  
     -” Bon voyage”,  il est redescendu et loin.
 Une nouvelle anecdote à raconter, pense t’il , elle doit être contente la fillette , cette idée le satisfait .
                          Le wagon s’est soudain rempli de voyageurs, le train démarre , il s’éloigne…. 
Noémie est immobile, comme pétrifiée, elle regarde la main entr’ouverte de l’enfant posée sur son genou, elle n’a yeux que pour les cailloux verts. Peu à peu elle se décompose, un léger tremblement agite ses lèvres , des larmes roulent silencieusement sur ses joues .
La petite joue avec eux aux osselets .
              -“ un, deux , trois , quatre , cinq ” cailloux verts, inlassablement Noémie les compte car si elle s’arrête elle va perdre tout contrôle .
                           Le train, un semi-direct , dessert quatre stations avant d’atteindre le terminus où Noémie est attendue par son amie d’enfance qui l’a invitée pour quelques jours de vacances .
Le train ralentit, la première gare apparaît à travers la vitre , des voyageurs saisissent leurs bagages et se préparent à descendre .
Noémie retient sa respiration , le train repart .
       - ” un , deux , trois , quatre , cinq “cailloux verts, la petite joue toujours .
Un deuxième arrêt …….la petite joue toujours .
Un troisième arrêt …..
           -“ Justine, cesses avec ces cailloux , essuies tes mains avec cette lingette , on est bientôt arrivé”
 la maman saisit les cailloux verts et discrètement les glisse sous son siège .
             -” Terminus, tout le monde descend” , annonce le haut parleur .
 
Claire sur le quai , se précipite et serre Noémie dans ses bras :
              -“ tu en as mis du temps , le train est presque vide”
Noémie lui sourit 
                 -” un, deux , trois , quatre , cinq ..“ 
elle fait rouler dans sa main au fond de sa poche , les cailloux verts .