Mer
 
La mer respire sans se lasser

de millions d’algues enlacées.

Les goélands comme des trophées

viennent sans cesse s’y ressourcer .

De mille chalands amarrés 

les vagues s’en vont chavirer

le promeneur qui égaré

dans ses flancs s’est aventuré. 

De mille bateaux engloutis
raisonnent de tristes mélodies, 

leurs âmes lentement s’enfuient ,

chancelantes vers l’infini. 

Le marin engourdi ,
 seul , dans sa longue nuit

croit des sirènes alanguies

entendre , au loin , le bruit. 

La mer respire sans se lasser

de mille vagues déchaînées , 

écumantes sur la jetée , 

souffle puissant , angoissé , 

d’êtres à jamais enchaînés, 

vains efforts vers la liberté, 

arrêtés et renouvelés .

Tel le malheureux prisonnier

aimant sa geôle et son geôlier,

fuyant le lieu où il naquit , 

croyant trouver le paradis, 

pauvre fou choyant sa
jusqu’au plus secret de son lit .

La mer respire de mille vies

qui à sa propre vie se lient

bouquet offert , noble et impie ,

au ciel quand le soleil luit .

La mer respire sans se lasser ...            





 Mer  Bfdf3710