EPISODE : 1 MENACES


Lundi 10 octobre 



CLAYTHORNE , petite ville du Maine ...
Quartier Résidentiel du Phare 



Penny Russell appuya quelques coups brefs et nerveux sur la sonnette de la porte d’entrée . Elle semblait agitée et soucieuse , ce qui ne lui ressemblait pas, elle d’ordinaire gaie et pétillante.
Quelques secondes plus tard , Judith Barkley ouvrit la porte et l’invita à entrer.
- Penny !Ton appel m’a inquiétée. Dis moi ce qu’il se passe. 
-Il faut que tu sois franche avec moi  ... Toi qui me connaît depuis l’enfance , tu me dirais si tu me trouvais étrange dans mes comportements ?
Judith émit un petit rire rassurant :
-Tu as toujours eu des comportements étranges ma chérie !Ha ha ha !
- Je n’ai pas le coeur à rire...J’ai l’impression de sombrer dans la folie !
 Calme toi et explique moi pourquoi.
Penny se dirigea vers le salon , posa son sac et se laissa choir sur le canapé en étouffant un sanglot de désespoir.
- Ca fait plusieurs semaines que des objets changent de place chez moi, Parfois c’est anodin comme des bibelots, mes lunettes... ou plus troublant, un livre que je lis et qui , soudain , n’est plus le même ! Mais hier j’ ai eu très peur ! Il y avait un tableau d’une nature morte sur un des murs du salon et il a été remplaçé par une autre toîle…. 
Comment ça remplaçé ?
- C’est une nature morte que j’adorais ...A la place, il y a le portrait d’un homme au regard sombre , avec un chapeau haut de forme en train d’écrire sur un cahier ... Jamais de la vie je n’aurai accroché un telle horreur sur un de mes murs !
Judith s’absenta quelques instants et revint dans la pièce avec un plateau et deux tasses. Elle versa délicatement du thé dans l’une d’elles et la tendit à son amie.
- Il faudra me montrer ce tableau En tant qu’historienne de l’art je pourrais me faire une idée. Il y a sûrement une explication. Peut-être que Carter a voulu te faire la surprise et a oublié de t’en parler ….
- Carter n'’a en tête que son projet de réhabilitation du Phare.  Il est très loin des considérations décoratives de notre maison !
Judith fronça les sourcils, soucieuse de voir son amie dans cet état.
- Il y a forcément une explication Penny...Qui d’autre a accès à votre maison ?
- Personne..Je me demande si je ne commence pas à développer les symptômes de la maladie d’Alzheimer ....Tu ne crois pas ?
Il ne faut rien négliger mais j’ai des doutes. On se voit plusieurs fois par semaine et je n’ai rien constater d’anormal dans ton comportement ...
Penny reposa vivement sa tasse de thé . Des larmes de colère brillaient dans ses yeux.
- Soit on essaye de me rendre folle, soit je le suis vraiment ! 
 As tu songé à installer des caméras ?
- Ca ne m’a même pas effleuré l’esprit ….
- C’est la première chose qu’on va faire. Si quelqu’un te joue un tour on le saura vite ! Si c’est toi qui est responsable ,alors il sera temps d’envisager une visite médicale. Je vais appeler Vernon, il ne pourra pas me refuser d’installer quelques caméras et nous donner un coup de main….
Un sourire de soulagement se dessina sur les lèvres de Penny .
-Tu es vraiment une amie très précieuse Judith....


 LOMBARD CAFE 

Attablée dans un endroit isolé de la valse sans fin des va et vient de la clientèle , Tanya Weldon consultait sa tablette en corrigeant un document dont elle tentait tant bien que mal de terminer l’écriture.
Vernon Riley entra  précipitamment et lui déposa un baiser furtif  sur la joue avant de s’asseoir face à elle.
- Excuse moi beauté!Je suis affreusement en retard !
Tanya esquissa un sourire en coin et lui lança un regard moqueur 
Affreusement en retard ? C’est un euphémisme ! Trois quarts d’heure ! Heureusement que j’ai de quoi m’occuper ! 
- C'est la faute d'Engelman ! Il voulait un rapport terminé sur son bureau avant 11 h ! Toujours sur mon dos !….
Vernon marqua une pose et lança un regard enjôleur à la jeune femme .
A ce sujet, j’ai un service à te demander….
- Si c'est encore une fois me demander de jouer ta petite amie à une quelconque réception , c'est non d'avance !
-La dernière des dernières  fois... s'il te plait ! supplia le jeune lieutenant de police. Engelman va fêter les 20 ans de mariage avec sa femme et m'a expressément fait comprendre que ta présence serait non seulement la bienvenue mais indispensable ! Il a un gros faible pour toi tu sais ...

Tanya secoua la tête , excédée . Elle détestait  froisser Vernon mais cette situation devenait insupportable et malsaine.
-Il serait grand temps de t'assumer tu sais Etre flic et gay ça n'a rien d'incompatible de nos jours !Tu es le meilleur élément de l'équipe d'Engelman et il le sait très bien . Lui avouer la vérité te mettrait en paix avec toi même..
Vernon laissa éclater un rire sarcastique .
- Avouer à un homophobe que je suis gay ! Bien sûr ! Mais comment n'y ai -je pas pensé plus tôt ?Tiens , on pourrait même demander à Poutine ,Trump et tous ceux qui veulent nous éliminer d'être présents le jour où je dirai ça à Engelman ! ...C'est de l'humour ? 
….De l'inconscience ?
Je trouve que depuis que tu es follement amoureuse de ton petit Anthony , tu perds toute ta raison ….Allez, s'il te plait, c'est la dernière fois que je te demande ça ! Promis, juré !
Tanya fit jouer ses doigts dans sa longue chevelure d'ébène et esquissa un petit sourire mutin : 
- Et comme ce "petit Anthony" ,comme tu l'appelles si bien, est un de tes meilleurs amis , qu'il ne sait toujours pas que tu es gay , et ,qu'accessoirement il est devenu mon fiançé, tu comprendras bien qu'il est impossible que je joue ta petite amie sans qu'il en entende parler! 
Un voile de tristesse passa dans le regard bleu océan du détective. 
- OK , je t'embête pas plus .. Je vais me débrouiller autrement...
-Je sais que ce que je viens de te dire te contrarie, mais la situation a changée. Quand nous étions équipiers c'était facile de jouer ce petit jeu, tout le monde tombait dans le panneau ....
- Tout était bien plus facile quand nous  faisions équipe ensemble ! répondit sur un ton boudeur Vernon.
- Je suis journaliste mais je peux toujours  exercer le métier de détective tu sais ....
Vernon sembla ne pas comprendre l’allusion de Tanya .Elle éclata d’un rire franc et généreux devant son air interloqué.
- Ce que je voulais dire , c'est que si tu décidais de quitter la police pour monter ta propre agence de détective, je pourrai éventuellement m'associer avec toi !
Vernon sourit ,conquis .
-Ce serait une façon magistrale de dire un énorme merde à Engelman ! Cette idée me plait !!
- Engelman ne te laissera pas partir facilement mais réfléchis à cette option et tu verras que mon idée n'est pas si mauvaise que ça ! On formait une super équipe… ( Elle jeta un regard sur sa montre 
Je vais être en retard à mon rendez_vous , je te laisse , je dois vraiment y aller….A bientôt beau blond...


Station essence de Marston à quelques kilomètres de Claythorne


Parker Chase, maire de la ville depuis deux ans , vérifia dans son rétroviseur que personne ne pouvait le voir . Une fois rassuré, il prit un téléphone à carte prépayée dans sa boite à gants puis composa un numéro .
Une voix grave lui répondit :
- Oui ?
Est-ce que tout est ok ?
Oui , elle arrive demain. Le vieux Sam s’occupe de tout .
- Elle a bien compris son rôle ?
Oui , pourquoi ? Vous mettez en doute ma parole ?  Vous voulez lui expliquer de vive voix ?
Parker durcit le ton de sa voix :
Vous savez bien que c’est impossible ! Je vous paye  assez cher pour ça . Je veux juste m’assurer qu’il n’y aura pas de grain de sable dans la procédure ! 
Si il y en a un , ca ne viendra de mon côté. Tout est bien huilé .  Dans 4 jours, soit vendredi à 23h50 , tout sera réglé.
-Bien , nous ferons un point mercredi à 17h15 . Je vous appellerai avec un autre téléphone prépayé
- Si il y avait une urgence , je vous contacte comment ? 
Parker soupira , excédé :  
-Il ne doit pas y avoir d’urgence . Le plan est bien rôdé.
L’interlocuteur fit plâner un silence pesant avant de formuler sa question: 
- Et si elle décidait de nous planter au dernier moment ? 
Ca n’arrivera pas ! Elle a trop besoin de fric pour payer ses doses et ses dettes ! Elle n’est pas stupide. Sa prestation durera quelques minutes et ses ennuis financiers seront finis. Vous croyez vraiment qu’elle va faire marche arrière ? 
Parker entendit un grognement à l’autre bout du fil.
- Effectivement ... A mercredi .

Il enleva minutieusement la carte SIM de son téléphone puis la rangea soigneusement dans une poche secrète de son veston. Pour le plan qu’il fomentait la prudence était de rigueur.  
Satisfait, il effaça ses empreintes du téléphone qu'il jeta  dans un grand container  avant de démarrer en trombe. 
Il ne devait pas être en retard à son prochain rendez-vous .


Seacrest Motel



Sam Culver amorça l'embranchement au 1410 Claythorne Road pour se diriger vers le Seacrest Motel . Après s'être garé sur une place réservé au personnel , il descendit de son vieux pick-up Chevrolet rouge . Il se dirigea à l'arrière du véhicule et saisit deux lourds bidons de peinture qu'il voulait déposer dans une remise. Le poids des ans se faisait sentir ce qui le forçait à se déplacer avec difficulté.
À cet instant Anthony Vance sortit en courant du bureau et vint à sa rescousse.
-Sam, pourquoi tu n as pas klaxonné ? C 'est plus de ton âge de faire ce 
genre dtâches !
- Traite moi de vieux croulant ! Je suis encore capable de faire beaucoup de choses ! Mais ne t’inquiète pas , je reçois dans une heure un jeune qui recherche du boulot .Il a l’air motivé pour tout ce qui est travaux d’entretien...On verra bien. 
-  Pourquoi tu te crèves autant ?Tu es toujours en train de bricoler et bichonner ce MOTEL…. On dirait que tu en es le propriétaire !
-  Pourtant ce n est pas le cas..répondit le vieil homme en s’épongeant le front
- Je gère tout le côté administratif  et je t’ai dis plusieurs fois que le Seacrest est en perte de vitesse !
Après avoir déposé les deux bidons, les deux hommes s' assirent sur une balustrade. Anthony tendit une canette de bière au vieux Sam qui le remercia d'un hochement de tête. 
- Je ne suis que le gérant ici, c est vrai…. Mais ce motel, c est une bonne partie de ma vie. Depuis mon divorce j ai décroché ce poste et je m y suis investi de mon mieux. Je veux que lorsqu'on parle du Seacrest Motel, on en parle avec fierté, comme d’un endroit où on est bien accueilli et à la propreté irréprochable…..
- Mais pourquoi ?Tu pourrais faire quelque chose de moins crevant que l' entretien de cette bâtisse !
- Je fais ça pour que Terence, mon fils, n'ait pas honte de moi. Il bosse pour Parker Chase . Quelle honte aurait il si on savait que son père bosse dans un motel miteux…. En donnant une bonne réputation au Seacrest, Terence peut marcher la tête haute .
Anthony laissa son regard se poser sur les rides profondes qui creusaient les joues de Sam.
Je peux comprendre ! Chase n est pas réputé pour son intégrité…Je ne sais pas si Terence a fait le bon choix d être dans l équipe de ce maire véreux.
- Ne dis pas ça !  C est grâce à lui que tu peux travailler ici je te rappelle !
Anthony se rembrunit. 
-Oui... J ai fais des conneries plus jeune et c’est lui qui t a demandé de m embaucher. Ca’ empêche que je n aime pas ce mec….
Tu ne m as jamais dis ce que tu avais fais et ça ne me regarde pas. Tout ce que je sais c est que je remercie Chase de t avoir présenté.Tu es un bon gars, tu bosses bien et je retrouve avec toi la complicité que j avais avec Terence…. 
Sam fixa un point au loin, un voile de tristesse dans les yeux. Anthony se dit qui était temps de se confier au vieil homme.
J’ai perdu mon père en 1990, j avais 5 ans. Je l adorais, c était un Dieu pour moi ! À sa mort je suis parti en vrille. J avais une violence non canalisée en moi. Je te passe les délits à mon actif. À 21 ans je me suis engagé dans les Marins. J y suis resté 7 ans ...
Il avala. une gorgée de bière 
...À ma sortie je suis revenu dans la maison familiale à Boston. Ma mère était morte pendant mes années passées chez les Marins. J'ai essayé de trouver du boulot mais je suis vite retombé dans des plans foireux. Après une affaire particulièrement grave qui aurait pu me valoir un paquet d‘années en tôle , un flic, ami de mon père, m à proposé de nettoyer mon casier et me redonner une nouvelle vie ailleurs en échange d'un service…. 
Sam secoua doucement la tête en fixant le bout de ses chaussures.
- Je ne suis pas obligé de savoir, tu ne me dois rien….
-J’avais jamais parlé à personne de ça avant….Je te dois la vérité car si à toi il te semble retrouver la complicité que tu avais avec ton fils, je ressens la même chose avec toi… 
- Alors ne me dis rien de ce service que tu as rendu .Il y a des choses qu' il faut savoir garder pour soi… 
Comme tu veux ! Toujours est il que ce flic a fait appel à Chase et après quelques négociations, une nouvelle vie s est ouverte ici pour moi .
- Vance…. C est ton vrai nom ?
Anthony posa une main affectueuse sur l’épaule de Sam et lui répondit en riant : 
-Il y a des choses qu'il faut savoir garder pour soi non ? Même envers les personnes qui nous sont chères…
Tu as raison mon garçon ! Mais attention à ta jolie Tanya, un jour où l autre, si elle est là femme de ta vie, tu devras tout lui raconter. Ne t y prends pas trop tard ou tu la perdras…Ne fais pas les mêmes conneries que moi…
- C’est quoi tes conneries à toi ?
Sam haussa les épaules et finit d’une traite sa canette de bière. 
- Bah….Quelle importance ?
Le regard d’ Anthony s’attarda sur l’ enseigne du motel… Seacrest…. Deux lettres en moins et le Seacrest deviendrait Secret motel…. Un sourire se dessina sur ses lèvres… Secrets.. Sam et lui avaient trouvé le bon endroit pour dissimuler les leurs. 


Mairie de Claythorne

Tanya arriva en trottinant dans la salle d'attente attenante au cabinet du Maire. Carter Russell, un épais dossier sous le bras, consultait nerveusement la montre à son poignet. Il poussa un soupir de soulagement en voyant la jeune femme.
- Dieu merci vous êtes là ! J’ai vraiment cru que vous n étiez plus intéressée ! 
Je vous avais promis de vous soutenir. Votre projet de réhabilitation du phare est génial et je compte sensibiliser les habitants en écrivant plusieurs articles sur le sujet. 
- Merci ! Votre soutien est précieux. J ai des propositions à soumettre qui ne devraient pas laisser Chase indifférent. 
Une secrétaire leur fit signe de se diriger vers le bureau.
Dès que Carter ouvrit la porte, une voix féminine paniquée explosa dans un interphone posé sur le bureau .

JE SUIS TERRORISEE!
C'EST LA CINQUIEME MENACE QUE JE RECOIS ! 
POURQUOI MOI ? QU'EST-CE QUE J 'AI FAIS ? 
RIEN ! 
JE N'EN PEUX PLUS !! 
JE VEUX QUITTER LA VILLE!

S’apercevant de la présence de Tanya et de Carter , Parker coupa vivement l interphone et saisit le combiné téléphonique.
J ai déjà prévenu Engelman, il a mit la maison sous surveillance . Je t' envoie Terence. Il va veiller sur toi et s' installera dans une chambre d‘amis quand je serai en déplacement. N’aie pas peur ma chérie, fais moi confiance, on va vite trouver qui est l auteur de cette mauvaise blague. À ce soir mon ange.
L'air sombre,il invitles deux personnes à s asseoir.
- Nous avons entendu votre conversation avec votre femme…. 
Quelqu’un la menace ? avança Tanya l’air inquiet.
Il lui jeta un regard froid et dédaigneux . 
Et revoilà  la journaliste en action ! tonna-t-il.Je vous interdis de mentionner ça dans votre journal ! Ma femme est au bord de la dépression et je refuse que cette affaire s‘ébruite ! Me suis-je bien fait comprendre ? 
Piquée au vif la jeune femme se redressa , prête au combat :
-Vous me menacez ? 
Parker lissa sa barbe poivre et sel et planta son regard métallique dans le sien. Il lui répondit d’une voix anormalement radoucie mais glaçante. 
Vous êtes une femme intelligente… Je ne voudrais pas être un obstacle à la réalisation de prochaines requêtes ...
Sentant que la tension qui montait risquait à tout moment d’exploser, Carter , resté silencieux jusqu’alors , toussa pour manifester sa présence. 
- Votre vie privée n‘a pas à être étalée sur la voie publique, surtout pour une affaire qui semble si grave. s’empressa-t-il de glisser. Miss Weldon est ici avec moi pour sensibiliser les habitants à la restauration du Phare et à la manière de recueillir des fonds pour cela. Concentrons nous sur ce dossier car il n est pas facile d obtenir un rendez vous avec vous….
Il lança un regard noir à la journaliste qui aurait pu , par son impulsivité, faire abréger leur entretien. 
- Je vous écoute Russell.. 
Certains promoteurs sont intéressés par le secteur du phare et les habitations attenantes. La restauration d’un phare coûte très cher , vous le savez , or ,si on aménageait le nôtre en un lieu culturel , moitié musée, moitié bibliothèque, ça pourrait éviter que des requins s’en emparent pour en faire des bed and breakfast ou même un hôtel …
Parker balaya d’un geste de la main ses propos.
- Je n’ai eu vent d’aucune proposition en ce sens .
Moi oui ! rétorqua Carter en se tortillant sur sa chaise Le temps presse !C’est pour cela que je vous demande d’intercéder auprès de La National Historic Lighthouse Preservation . 

Il prit un document qu’il tendit au maire :

« La National Historic Lighthouse Preservation  reconnaît la valeur culturelle, récréative et éducative associée aux immeubles de phares historiques en leur permettant d’être cédés gratuitement aux agences fédérales, aux gouvernements des États et des administrations locales, aux sociétés à but non lucratif, aux organismes d’éducation et aux organismes de développement communautaire. Ces entités doivent accepter de respecter les conditions énoncées dans The National Historic Lighthouse Preservation  et d’être financièrement en mesure de maintenir le phare historique. L'entité éligible vers laquelle le phare historique est acheminé doit le rendre disponible à des fins d'éducation, de parcs, de loisirs, de préservation culturelle ou historique, à des fins éducatives, pour le grand public, à des heures et dans des conditions raisonnables. »

Parker eût une moue dédaigneuse après la lecture du feuillet .
- Je n’ai aucune légitimité pour faire une telle demande . Le phare de Claythorne n’est pas un phare historique , ma demande sera automatiquement mise au panier .
Carter Russel contint la fureur qui était en train de monter en lui et essaya d’expliquer sur un ton posé :
- Ce phare est un atout majeur dans le développement touristique de notre ville . Avec l’aval de La National Historic Lighthouse Préservation et en vertu de la Loi de 2000 sur la préservation des phares historiques nationaux, le Département des parcs et des loisirs pourrait demander au Département de l'Intérieur de prendre possession du phare de Claythorne et de l'intégrer au projet Il y a une carte à jouer Mr Parker . Les habitants aiment leur Phare et ils comptent sur vous .
Le maire se leva faisant ainsi comprendre à ses interlocuteurs que l’entretien était terminé.
Comme je vous l’ai dit je n’ai eu aucun vent d'un tel projet immobilier. 
Je ne crois absolument pas que ni le Département de l’intérieur ni La National Historic Lighthouse Preservation seront sensibles au projet culturel que vous souhaitez ...Mais je vais quand même faire étudier le dossier et je vous ferai savoir la décision que j’ai prise .
Miss Weldon vous pouvez déjà titrer votre journal que Parker Chase est un maire conscencieux et soucieux de lpréservation historique et culturelle de sa ville ...

Tanya ne répondit pas . Elle n’avait écouté que distraitement la conversation entre les deux hommes . Toute son attention s’était focalisée sur l’étrange message de détresse de la femme de Parker . 
Des menaces de mort ? 
Mais qui pouvait bien en vouloir à cette femme si douce 
et sans histoires ? 
Son passé d’ex flic se rappelait à elle.
 Elle se devait d’ élucider ce mystère. N’en déplaise au tout puissant Parker Chase !