logo
Pour accéder à toutes les fonctionnalités de Dixily,
vous devez activer JavaScript.
Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur.
DixilyConnexion

Dixily | Un monde littéraire... Et bien plus...

Extrait d’écriture de mon roman EmptyExtrait d’écriture de mon roman

more_horiz
Bien des années avaient passées depuis l’incident avec les « ERGODON » et nous étions désormais en l’an trois mille cinq cents. Nous n’avions pas cessé de voyager, nous efforçant d'aller toujours un peu plus loin, probablement là ou personne n'était encore allé avant nous, dans cet univers immense et plein de promesses. Ce long chemin parcouru nous avait finalement permit d’atteindre une galaxie très lointaine et quasiment vierge de toute colonisation. Surtout, nous y avions découvert une pépite, une planète extraordinaire de deux fois la taille de la Terre environ et où la vie s’y était développée d’une façon admirable. En effet, beaucoup d’espèces végétales et animales y foisonnaient car elles avaient eu la chance d’y trouver là des conditions de développement et d’épanouissement particulièrement favorables. Ces différentes espèces présentaient également une très grande variété de genres, bien plus que sur la Terre notamment. Cependant et à notre grand regret, il n’y avait pas eu la possibilité pour une civilisation avancée d’y voir le jour.
Voyager ainsi sur de très longues périodes nous permettait chaque jour un peu plus de prendre la mesure de l’immensité de ce cosmos. De la même façon que cela nous donnait la conscience aigüe du caractère extrêmement fugace de la vie humaine. C’est que nous avions la chance de disposer de beaucoup de temps et une grande partie de celui-ci était ainsi consacrer à la méditation et à la réfléxion sur des sujets aussi variés que la philosophie et la métaphysique par exemple.
Ce luxe nous avait conduits tout naturellement à nous questionner intensément sur le sens de la vie et par la même occasion sur celui de nos vies en particulier. Y avait-il une logique, un plan caché, un chemin de vie prédestiné pour chaque vie humaine ? Comment en effet ne pas s'interroger sur la raison d'être du cosmos et se demander pourquoi la vie y était apparue ? Quelle était également la raison d’être de l’espèce humaine ? Tout cela avait-il un sens, fut il caché ? Autrement dit, y avait-il un créateur, quelque part, qui nous avaient crée dans un but bien précis et avec un rôle particulier dévolu à chacun d’entre nous ? Ou bien n'étions nous que le fruit de circonstances totalement hasardeuses ?
Comment en effet nier ce caractère totalement absurde et futile de la vie lorsqu’on ramenait celle-ci à l’échelle de l’univers et du Temps, pensais-je. Quel sens et quel poids pouvaient donc bien avoir une vie humaine perdue au milieu de cette immensité spatiale et temporelle, tant il est vrai que ces ordres de grandeurs donnaient à proprement parler le vertige ? Oui il était logique et tentant de penser qu’une vie humaine ne valait rien, qu’elle n’était au final qu’un minuscule et ridicule battement de cil totalement insignifiant rapporté à cet univers vieux de plus de 13 milliards d’années.
Qui pouvait nier décemment cette réalité triste et crue mis à part quelques fous ou illuminés, totalement déconnectés d’une réalité implacable tout autant que froide et têtue. Oui, la plupart d’entre nous étaient ainsi pleinement conscient de ce caractère ubuesque de la vie humaine en même temps que de sa fragilité extrême.
Cette façon de penser, cet état d’esprit affectait quiconque voyageait suffisamment longtemps dans l’espace intersidéral et ce mal était connu sous le nom de « mal de l’espace ». En outre et corrélés à ce qui vient d’être dit, chacun d’entre nous savait pertinemment que nos vies ne tenaient finalement qu’à un fil et qu’elles pouvaient donc s’interrompre à tout instant, au détour d’une catastrophe imprévue ou d’un conflit malheureux.
Cette hypothèse angoissante ne pouvait raisonnablement être totalement occultée et, sans qu’elle fût encore devenue dans nos esprits une obsession ou une angoisse permanente, nous amenait tout naturellement à penser qu‘il était sans doute urgent et par la même occasion prudent, de mettre tout en oeuvre pour sauver cet héritage multimillénaire. Ce bien inestimable que chacun d’entre nous portait au plus profond de lui.
Oui, certains membres de l’équipage, parmi les plus scientifiques notamment, étaient intimement convaincus qu’il était de notre devoir impérieux de sauver ce génome sacré, en le partageant notamment avec d’autres espèces plus primitives. Selon eux, notre ADN devait être non seulement préservé, mais également sécurisé, c’est à dire partagé et donc offert en quelque sorte, avec d’autres espèces animales jugées aptes. Jugées aptes signifiant, pour ces scientifiques, qu’elles étaient considérées comme jouissant d’un haut potentiel de développement cognitif.
Participer aussi, par cette « entreprise généreuse de partage » comme aimaient à la qualifier nos éminences grises, à donner un coup de pouce au processus évolutif en lui permettant de gagner ainsi un temps considérable. En effet, le fait de porter au plus profond de chacun d’entre nous, dans nos gènes les plus intimes, des milliers et des milliers d’années d’évolution, a porté nos scientifiques à penser qu’il était sans doute sage et certainement pertinent de sécuriser ce « trésor d’évolution » en le diversifiant au maximum.
C’est donc en toute logique que le pôle scientifique me sollicitait chaque jour un peu plus et avec insistance, pour lancer un vaste programme de « partage de gènes », comme ils aimaient à le qualifier. Il s’agissait ni plus ni moins que de faire profiter certaines espèces animales extraterrestres de nos gènes, si toutefois nous estimions qu’elles présentaient un potentiel intéressant en terme de développement intelligent. 
Et justement, ils souhaitaient ardemment initier ce programme sur cette nouvelle planète car ils y avaient remarquer une forme de vie certes primitive mais très prometteuse en matière de développement cognitif. Je me souviens parfaitement de la discussion que nous avions eu à ce sujet lorsque Daniel, le spécialiste en biotechnologie, vint me trouver accompagné d’un de ses collègue : 
« Commandant LECCIA, auriez vous deux minutes à nous consacrer s’il vous plaît ? Nous aurions en effet quelques suggestions importantes à vous faire.
— Oui bien sûr je vous en prie, leur dis-je.
— Merci mon commandant. Comme nous tous ici sur ce vaisseau, je suppose que vous êtes parfaitement conscient que nos vie présentent un caractère précaire dans cet univers qui regorge de dangers. Et qu’elles sont donc menacées, à terme, d’extinction. D’autre part, je vous rappelle que nous ne sommes que trente cinq hommes sur ce navire et que par conséquent il suffirait de bien peu de chose pour que nous en venions à disparaître définitivement.
— Je suis parfaitement conscient de tout cela et je partage bien évidemment complètement vos craintes sur ce sujet mais que pouvons nous faire concrètement contre cet état de fait ? D’autre part, je n’ai jamais eu la prétention de garantir la vie de chacun de mes hommes au sein de cette aventure, qui plus est dans un cosmos qui nous est totalement étranger et inconnu. Car après tout, tout cela ne fait-il pas partie des risques du métier ? leur répondis-je.
— Mais justement mon commandant, comme rien ni personne ne peut nous prémunir « contre cet état de fait » comme vous le dites si bien, je pense qu’il est urgent de diffuser, de partager si vous préférez, notre évolution biologique, c’est à dire notre ADN, du moins en partie, avec d’autres espèces. Des espèces que nous jugerons suffisamment pertinentes, en raison notamment de leurs qualités spécifiques ou certaines caractéristiques intéressantes.
— Mais de quoi me parlez vous donc ? Est-ce une plaisanterie que vous me faites ? Avez vous donc totalement perdu la raison ?! Vous rendez vous compte de ce que vous me suggérer ? Parce que ce que vous me soumettez, si je vous ai bien compris, n’est ni plus ni moins que le projet de violer éhontément les lois fondamentales de la nature ! Rien que cela ! Simplement mettez maintenant de côté l’intérêt de l’humanité juste quelques secondes et posez vous la question morale suivante : avons nous le droit d’imposer de telles pratiques, aux conséquences incalculables, à des êtres vivants et qui plus est sans leur consentement ? Avons nous le droit surtout de modifier ainsi, et ce de façon permanente, les caractéristiques d‘une espèce et donc de changer, d’ altérer l’essence même de ce qui fait son identité et donc sa raison d’être ? De changer ainsi sans vergogne l’essence même de son être ? Peut-on tordre ainsi, sans état d’âme et sans limite, le chemin d’évolution naturel qui est le leur et qui était destiné à suivre un autre programme ? lui répondis-je, choqué et outré.
— Mais où est-il écrit qu’il était mal de favoriser un processus évolutif, de donner un coup de pouce à la nature commandant LECCIA ? L’homme n’a de compte à rendre à personne si ce n’est à lui-même, à sa conscience si vous préférez. Vous raisonnez comme si nous avions des règles à respecter et édictées par un mystérieux architecte céleste mais je vous rappelle que l’évolution n’est qu’un processus naturel et donc soumis à des règles aléatoires. Là où je vous rejoint néanmoins, c’est que nos actes ne devraient être guidés que par la recherche du bien, c’est à dire qu’ils ne devraient obéir qu’à des motifs légitimes et des valeurs humanistes, de progrès affirma Daniel, sûr de ses convictions.
— Admettons tout ce que vous dites et quand bien même on mettrait de côté toute sensibilité religieuse, philosophique ou matérialiste, il n’empêche que ce que vous me demandé d’approuver n’est ni plus ni moins que de toucher à l’hérédité, au patrimoine génétique d’une espèce vivante et donc à l’essence même de ses êtres. Ce n’est certainement pas aussi anodin que vous semblez le croire mon cher Daniel ! Prenez le temps d’écouter mes arguments et mes réticences juste deux secondes s’il vous plaît ! Parce que je vous rappelle tout de même que c’est de ce patrimoine que par exemple vous tenez la forme de votre corps ainsi que la couleur de vos yeux, de vos cheveux, de votre peau et l’essentiel de votre humeur, de votre caractère et sans doute aussi de votre intelligence par la même occasion. C’est ce qui fait de vous un homme, et non un chien, un « ERGODON » ou que sais-je encore ... une laitue par exemple » lui dis-je.

A peine avais-je fini d’exposer tant bien que mal mes réticences que le collègue de Daniel, Vincent, vint à sa rescousse :
« Mais commandant LECCIA, bien évidemment que tout ce que vous venez d‘exposer à l’instant est exact mais je vous rappelle juste qu’il faut avoir la mémoire du « temps long » en biologie. Ce que je veux dire par là c’est que tous les patrimoines présents dans la nature, qu’ils soient d’ordre végétal ou animal, sont issus d’une lente mais inexorable modification du vivant à travers trois ou quatre milliards d’années de vie terrestre. Croyez vous donc comme tous ces idiots de « créationnistes » ou autres illuminés que l’homme a été posé sur Terre tel quel ? Non, il est lui aussi sorti progressivement et lentement « du limon de la terre ». 
— Je sais bien que vous, les scientifiques, êtes intimement persuadés que c’est uniquement le hasard qui a produit la vie et le cosmos mais vous êtes vous déjà demandé si vous pouviez faire erreur, et donc vous tromper ? Je veux dire par là, ne pensez vous pas au contraire, que tout ce qui existe dans cet univers matériel aurait pu être l’œuvre d’une intelligence supérieure où pourquoi pas d’un dieu créateur ? Y songez vous quelque fois ou bien êtes vous à ce point pétris de vos certitudes scientifiques que cela ne vous effleure jamais l’esprit ?
— Au risque de vous décevoir et de vous surprendre commandant LECCIA, je me dois de vous dire qu‘un scientifique ne raisonne jamais comme vous le faites actuellement. Il s’en tient uniquement au domaine de l‘observable et aux faits. Là où des illuminés ou des « fous de Dieu » voient une intervention divine, un scientifique lui, ne voit que le lent, méticuleux et patient travail de la nature. Et j’en veux pour preuve d’ailleurs que l’évolution du vivant commence avec l’origine de la vie il y a au moins 3,8 milliards d’années. Les premières étapes ont ainsi conduit à l’apparition des trois grands groupes d’organismes actuels, c’est à dire les bactéries, les archées et les eucaryotes. Toutes les espèces ont ensuite découlées de ces premières briques du vivant, n’en déplaise aux religieux niais et naïfs de tous poils !
— C’est sûr que l’exposé que vous venez de me faire aurait de quoi me convaincre et donne finalement il est vrai matière à réfléchir. Mais dans le prolongement de ce que vous venez de dire, comment diable la vie, partie de ces quelques misérables, insignifiantes et minuscules « briques du vivant », a t-elle pu se développer d’une façon si admirable et majestueuse ? Comment a t-elle réussit à accomplir ce tour de force, ce miracle, de se diversifier et de se complexifier à ce point ? lui demandais-je, l’air fasciné.
— C’est que la vie n’obéit qu’à une seule règle mon commandant, celle de la survie. Et pour survivre, l’idéal est de se développer, de se renforcer et donc de devenir plus fort. C’est cela le secret du vivant. Cela exige donc de se complexifier, de devenir aussi plus intelligent pour s’adapter au mieux à son milieu. C’est d’ailleurs à cause de toutes les fadaises de la religion chrétienne que jusqu’au XVIII ème siècle, on a cru naïvement que toutes les espèces avaient été créer par Dieu au commencement du monde, déjà « parfaites ». Toutes ces conneries étant marquées dès le début de la Genèse. Les grandes religions monothéistes ont ainsi diffusé cette fausse représentation du vivant, cette image erronée et puérile, d‘espèces figées dès leur création. Bien pire, elles ont conférés à l’homme une place à part dans le vivant : il aurait été créé à part, à l’image de Dieu et moralement supérieur à toutes les autres espèces. Et à cause de toutes ces niaiseries, il voudraient nous imposer de ne pas toucher au vivant, de ne pas procéder à des modifications génétiques. Tout cela est consternant et grotesque !
— Mais pourquoi toute cette colère dans vos propos et l’inflexion de votre voix ? lui demandais-je.
— Jérôme Cardan, Giordano Bruno et Giulio Cesare Vanini pour ne citer qu‘eux, cela vous évoque t-il quelque chose ? Vous devriez pourtant car cela vous permettrait de comprendre mon exaspération et ma colère à cet instant présent car toutes ces personnes, des scientifiques pour la plupart, remettaient en cause le dogmatisme religieux et certains l’ont malheureusement payé de leur vie, soupira t-il d’un air triste.
— Je vous entend et je vous l’accorde, vous marquez un point important dans ce dossier. Donc si je vous comprend bien, vous désirez procédé à des opérations de manipulation sur le vivant, notamment en injectant des gènes humains dans le génome de certaines espèces primitives extraterrestres, c’est bien de cela dont il s’agit ?
— Oui c’est exactement ça mon commandant et cela permettrait, en outre, de faire profiter différentes espèces sélectionnées par nos soins, de notre évolution et donc de leur faire gagner des millénaires d’évolution. Conjointement et par la même occasion, cela nous donne l’occasion de nous sauver nous même, je veux dire par là de sauver notre patrimoine génétique, de le transmettre et de le préserver à travers les âges et l’espace. Car ce bien est ce que nous avons de plus précieux, il est sacré et inestimable pour nous les scientifiques ».

Leur idée était relativement simple et on ne peut plus clair. Il s’agissait d’accélérer le processus évolutif d’une espèce qui nous aurait semblé la plus avancée et la plus intéressante en terme de développement, en lui associant certains de nos gènes. Selon eux toujours, chacun dans cette histoire y trouverait son compte si l’on pouvait dire. Une sorte de partenariat gagnant-gagnant en quelque sorte . Et pour ce faire, leur choix s’était porté sur une espèce de petit primate qui ressemblait un peu à nos chimpanzés sur Terre.
J’avais honte de le reconnaître mais ils m’avaient finalement convaincu. Comme David et Vincent, j’estimais désormais qu’on ne pouvait pas se permettre de prendre le risque de perdre à tout jamais ce trésor, ce génome sacré, tout cela à cause de vieilles et naïves croyances religieuses. Nous ne pouvions pas nous le permettre car l’enjeu était bien trop important pour l’espèce humaine et le monde du vivant en général.
Cependant je savais pertinemment qu’on ne pouvait pas raisonnablement entamer ce programme de « remodelage du vivant » sans ouvrir un débat éthique avec le reste de l’équipage, ne serait-ce que par respect envers eux. Même s‘il est vrai que j’avais tout pouvoir en la matière et que ce genre de décision me revenait de toute façon de plein droit, je n’avais pas l’habitude de procéder de la sorte, c'est-à-dire de commander de façon abrupte et sans aucune concertation. D’autant plus que je comptais parmi mon équipe des hommes de confessions religieuses multiples : musulmans, catholiques, protestants, juifs pratiquants, bouddhistes sans compter les athées dits humanistes. 
Avant d‘arrêter la moindre décision, je voulais au moins donner l'opportunité à chacun d’entre eux, s’ils le souhaitaient bien sûr, de s’exprimer sur cette épineuse question. Qu’ils puissent ainsi, en leur âme et conscience et en fonction aussi de leurs convictions personnelles, religieuses ou pas d’ailleurs, donner leurs points de vue respectifs. Et comme il fallait s’y attendre, les avis étaient très partagés sur cette question, avec des points de vue totalement différents et opposés, radicaux et surtout inconciliables. Les débats le prouvèrent rapidement, par le caractère passionné et souvent houleux qu’ils affichèrent. Car la question ne faisait pas consensus, bien au contraire. 
Il fallait se rendre à l’évidence et admettre que compter parmi nous des religieux convaincus n’arrangeaient pas les choses. Il fallait en effet composer avec les sensibilités catholique, musulmane, bouddhiste, protestante et humaniste. Que du bonheur en perspective pour qui aimait les casse-têtes. Lorsque j’annonçais aux trente-cinq hommes le thème du débat, à savoir le projet de notre pôle scientifique de vouloir procéder à des manipulations génétiques inter-espèces, il y eut d’emblée un tollé dans la salle, qui émanait comme on pouvait s’y attendre, du coin des croyants. Tout autant pour apaiser et calmer l’ardeur de certains que pour lancer véritablement le débat, je pris la parole pour tenter d’ expliquer au mieux notre choix :
« Aujourd’hui nous sommes vivants mais qui peut affirmer, parmi vous dans cette salle, que ce sera encore le cas demain ? Personne. Et je suis sûr que chacun d’entre vous en a pleinement conscience. Et si nous venions à disparaître, ce serait je vous le dit à tous, un véritable drame, non pas que j’estime que nos vies aient une valeur particulière ou spéciale mais tout simplement parce qu’à travers nous, ce serait des millénaires et des millénaires d’évolution biologique qui s’éteindraient. Oui, si nous venions à sombrer, partiraient également en fumée dans le même temps ces millénaires d’évolution biologique, et ça voyez vous, je m’y refuse totalement. Je m’y refuse d’autant plus que nous avons la chance de disposer des moyens techniques nous permettant de l’éviter, d’empêcher cette catastrophe. Et s‘il nous est possible d’y échapper alors nous devons mettre tout en oeuvre pour y parvenir. Et je le dis à chacun d’entre vous, quelque soit vos idées personnelles ou votre philosophie, religion ou spiritualité, ce projet que certains jugeront complètement fou, est pourtant l‘unique moyen de préserver ce joyau que nous avons tous en nous. Ce joyau, ce trésor qu’est le génome humain est le seul bien inestimable que nous ayons et le seul qui vaille en vérité, je vous le dis. Il est donc à mon avis primordial et capital de le diffuser au maximum à travers les âges et l’espace, c’est désormais mon intime conviction et j’espère qu’elle deviendra la vôtre à l’issue de ce débat. Merci à vous tous ».
Cela bougeait beaucoup, comme il fallait s’y attendre, du côté du « clan des religieux » et ce furent les musulmans qui ouvrirent les premiers les hostilités :
« Si j’ai bien compris vos propos ça veut dire que vous vous apprêtez à mélanger de l’ADN humain avec des espèces exogènes primitives, c’est bien de cela dont il s’agit commandant LECCIA ? demanda Halide, l’air visiblement anxieux et perplexe.
— Oui c’est l‘idée en effet, c’est bien de cette façon là que nous désirons procéder. L’objectif est d’ailleurs double puisque il nous permet à la fois de préserver le trésor de notre « évolution » biologique à travers les âges et l’espace, et par la même occasion de faire profiter certaines espèces d’une évolution accélérée et sans doute inespérée, du moins pour certaines d’entre elles. Et peut être, qui sait, que les espèces intelligentes ainsi nouvellement créées par nos soins, finiront par suivre dans un avenir lointain notre exemple, et procéder elles aussi à leur tour de la sorte. Ce cycle pourrait ainsi, on pourrait l’imaginer pourquoi pas, devenir sans fin lui dis-je.
— Pardonnez moi commandant LECCIA mais dans la religion qui est la mienne, le christianisme, mais et je parle sous le contrôle de mes collègues religieux, cela vaut aussi pour l‘islam et le judaïsme, l‘ensemble du vivant est considéré comme étant la Création exclusive de Dieu. Cette manipulation génétique que vous avez l’air de prendre à la légère, que vous prônez aussi et dont vous vous faites les ardents défenseurs actuellement ne vise qu’à forcer la nature en en changeant ses codes et ses modes de fonctionnement. Pour moi, il ne s’agit ni plus ni moins que d’un manque de respect absolu envers Dieu et d’un crime s’exclama Pierre, les poings serrés et tremblotant de colère.
— Je sais très bien que ce projet heurte de plein fouet les convictions religieuses profondes de certains d’entre vous, que cela ne les enchante guère mais s’il vous plaît, dans l’intérêt de nos échanges et de ce débat, je vous demande à tous de garder votre calme et de prendre le temps d’écouter d’autres points de vue, même s’ils sont différent de votre courant de pensée. D’autre part, n’oubliez jamais que toute action comporte une part de bon et de mauvais. Tout n’est jamais totalement blanc ou noir. Ainsi, la distinction entre le bien et le mal reste une qualité quasi divine, du moins pour ceux qui croient en un Dieu créateur. Pour moi, la vraie difficulté est de savoir si ce que nous nous apprêtons à faire va dans le sens de l’intérêt de l’humanité et du bien ou non. Je pense donc que la raison et l’éthique, sans dogmatisme aucun, doivent guider toutes nos décisions et définir des limites à ne pas franchir, lui objectais-je, de façon pacifique mais ferme.
— Et bien non, je vous le dis mon commandant, je ne suis absolument pas d’accord avec vous. En aucun cas la fin, aussi noble soit-elle, ne peut ni ne doit justifier des moyens ignobles. L‘être humain ne doit pas s’amuser à tordre le cou à la nature pour assurer sa survie, il doit s’accommoder et résister à la nature par la nature, renchéri Pierre.
Très silencieux depuis le début des échanges, Lee BUI prit la parole pour exposé le point de vue bouddhiste :
— Sans vouloir aucunement choquer ou offenser mes camarades monothéistes, nos textes sacrés bouddhistes, qui évoquent le cycle de la vie à travers la doctrine de la réincarnation, ne sont pas en contradiction avec le projet de manipulation génétique sur le vivant défendu par le commandant LECCIA et ses scientifiques. Nous ne nous y opposons donc pas ».

Face au mécontentement grandissant de certaines personnes, je dus reprendre la parole pour tenter d‘apaiser encore une fois les échanges :
« Vous voyez bien que vous avez tous des positions divergentes et qu’elles sont parfois emprunté de dogmatisme pur, que l’on peut reliées d’ailleurs à vos obédiences spirituelles respectives. Nous n’avanceront pas dans nos débats si vous restez prisonniers de vos convictions et pensez détenir ainsi la vérité absolue. Prenez le temps d’écouter et de respecter chaque point de vue exprimé s’il vous plaît. Il n’y a que comme cela que nous avanceront.
— Oui et alors ?! s’offusqua Pierre le catholique. Bien sûr et je n’ai pas honte de le dire, que dans notre tradition judéo-chrétienne nous croyons que Dieu représente le « grand architecte de l’univers ». Qu’il est le Maître créateur de toute chose existante et qu’il a donné une âme à chaque être humain. Qu’il leur a permis de dominer sur les plantes et les animaux. Dans notre vision des choses, biblique si vous préférez, Dieu est omnipotent et le seul à pouvoir créer des âmes. Il est à l’inverse de vous, les scientifiques, seulement capables de « jouer aux dés » avec la nature, dans vos tristes laboratoires ! »

Agacé par ce ton agressif et méprisant, Christophe, un des scientifiques, s’engouffra dans la discussion qui commençait à monter sérieusement en température :
« J’avoue que j’en ai un petit peu marre d’entendre vos jérémiades religieuses et vos critiques à deux francs six sous.... mais qui êtes vous donc pour vous permettre de nous donner des leçons de morale et d’éthique ?! Surtout quand on sait les crimes innombrables et abominables dont l’Eglise et les religions en général se sont rendus coupables dans le passé ! L’Inquisition par exemple, ça vous évoque quelque chose ?! Et les croisades ?! Et les crimes pédophiles ?!
— Comment osez vous ! Ce n’est pas l’Eglise qui a commis ces crimes ni Dieu d’ailleurs mais simplement des hommes, lui rétorqua Pierre avec une conviction feinte.
— Honte à vous ! Vous ne connaissez même pas votre histoire ou pire, vous ne l’assumez pas ! » pesta Christophe.

Vincent, le collègue scientifique de Christophe, visiblement galvanisé par les propos de ce dernier, enfonça le clou :
« Pardon mais le pape n’est il pas le représentant de votre Dieu sur Terre ? N’est-ce pas lui, Clément VIII pour ne pas le nommer, qui a ordonné en l’an 1600 de livrer Giordano Bruno nu et vivant aux flammes devant la foule des pèlerins venus pour le Jubilé ? Comble de la bienveillance catholique sans doute ou par raffinement de cruauté peut-être mais plus certainement pour le réduire au silence, on lui avait cloué la langue sur un mors de bois. En matière de moralité et d’éthique, on a vu mieux je pense, vous ne croyez pas ?Donc, sauf le respect que je vous doit, permettez moi de vous dire aimablement d’aller vous faire foutre ! »
Il y avait maintenant un malaise palpable dans l’assemblée et devant la tournure que prenaient inexorablement les débats, qui viraient quasiment désormais à l’invective, je pris la décision d’interrompre temporairement la séance de discussion. En effet, ma crainte était que des esprits échauffés en viennent aux mains.
Je n’étais pas non plus satisfait de l’attitude de Christophe et de Vincent, les scientifiques athées en même temps que les concepteurs du projet. Non pas que je leur reprochait leurs idées ou leur point de vue car ils avaient parfaitement le droit, après tout, de penser ce que bon leur semblaient. Non, c’était surtout la manière dont ils l’avaient faits qui posait problème et qui m’avait déranger car ils s’étaient montrés bien trop agressifs et irrespectueux dans leurs échanges avec les religieux selon moi.
« Je ne vous jugent absolument pas sur le fond de vos pensées ni même sur vos convictions, vous l’avez bien compris, mais quand même messieurs ! Il y avait, je pense, une manière certainement plus respectueuse de le dire ! Vous ne croyez pas ?! Qui plus est dans un contexte comme celui là où il ne s’agit ni plus ni moins que de trouver un consensus parmi l’équipage ! 
— Mais commandant LECCIA, je vais vous faire une confidence...ils me gonflent à un point que vous ne pouvez même pas imaginer tous ces « culs bénis » ! C’est insupportable de les voir pétris de toutes leurs certitudes absurdes ! Vous ne voyez donc pas qu’ils sont persuadés de détenir le monopole de la vérité, de la moralité et de l’éthique ?! ça les rend très intolérants et je ne supporte pas leur arrogance, surtout quand on connaît un tant soit peu leur passif dans l’histoire ! répondit Vincent, avec le consentement de Cristophe qui hocha de la tête.
— Mais en quoi sont-ils responsables des actes de leurs congénères du passé ? Peut-être qu’après tout ils désapprouvent les forfaitures commises par l’Eglise ou l’islam dans les temps anciens, vous ne croyez pas mes amis ?
— Non je ne crois pas commandant LECCIA, je reste convaincu que ces gens là sont ultra bornés et ne supportent pas la moindre contradiction. Ils sont tout simplement persuadés d’avoir raison et cela, sans la moindre preuve scientifique de l’existence de Dieu ! Ils sont « perchés » et complètement intolérants. Vous ne me ferez pas changer d’avis sur eux, répliqua Vincent.
— Mais à cause de votre impulsivité, je vais devoir rattraper le coup maintenant, c’est à dire tenter de réparer vos erreurs de diplomatie. Je pense qu’il est donc souhaitable désormais que je les reçoivent seul, ceci afin d’éteindre rapidement l’incendie dangereux que vous venez d’allumer » leur dis-je calmement.


Le moins qu’on pouvait dire, c’est que je n’étais visiblement pas sorti de l’auberge et j’en venais tout naturellement à me demander si le fait d’avoir ouvert ce débat avait été finalement une bonne idée. Oui me disais-je, peut-être qu’il aurait mieux valu passer en force puisque de toute façon j’avais pleine autorité sur ce genre de décision. Je prévoyais donc une bonne dose de médicament contre la migraine car je préssentais que j’en aurai bientôt besoin.

Extrait d’écriture de mon roman EmptyRe: Extrait d’écriture de mon roman

more_horiz
Hello,
Alors je vais essayer d'avoir un avis constructif sur ce début d'histoire (peut-être que ce n'est pas le début du roman ça résoudrait bien des questions). Le thème est assez intéressant sur les sciences et la religion (même si tu risques de ne pas te faire des amis lol), mais j'ai eu beaucoup de mal avec la logique du texte et je me suis posé beaucoup de questions. Premièrement, la Terre a disparue? Si ce n'est pas le cas pourquoi ne pas le faire avec des espèces de la Terre? Il n'y a pas de clonage humain j'imagine? La mission de partage des gènes c'est une mission qu'ils avaient prévus ou alors d'un coup ça leur ait venu? Pourquoi cet équipage? Il est choisi? Il vient d'une rencontre hasardeuse?
Voilà en gros je trouve qu'il manque le contexte, en lisant le truc je me demande juste pourquoi des gens de toute religion se retrouve tous dans un même vaisseau et trouvent ça si important de partager le génome humain.
Ah oui aussi, au début tu expliques dans la narration que certains de l'équipage veulent partager le génome humain et puis commence le dialogue et tu dis ben la même chose en fait^^. J'aurais enlevé la narration avant parce que nous, lecteurs, on n'a pas le même effet de surprise que le commandant sur la révélation du partage de gènes vu que tu nous la déjà dit avant.
Voilà j'espère que c'était constructif, par contre y'a une sacré connaissance des sciences et de l'Histoire c'est impressionnant.

Extrait d’écriture de mon roman EmptyRe: Extrait d’écriture de mon roman

more_horiz
Bonsoir, oui ce n’est pas le début du roman et cet équipage est dans un univers jumeau. Après disons que l’équipage comporte des gens de toutes confessions et même des athées. Merci en tout cas de cette critique pertinente.
Vous devez être connecté pour commenter
Inscrivez-vous ou connectez-vous
ConnexionInscription