Je m'appelle Courage,

Si je m'étouffe à briser mes soupires,
Je m'inspire à souffler la routine,
Si je m'expire de ne rien consentir,
Je respire de rêves qui s'obstinent...
Si je m'attache par la conscience,
Je me libère de toute forme de destin...
Si je m'allie à toutes les absences,
Je me sépare de tout, sauf de l'instinct...
Ce qui s'est détruit sur la route
Se reconstruit dans mes doutes
Ce qui s'est brisé de mes mains
Se répand comme du venin
Dans mon coeur, dans mon âme
Ce qui s'est enfuit dans la nuit
Se représente chez mes ennemis
Ce qui s'est perdu par lâcheté
S'étend comme une ondée
Sur mes peurs, sur mes drames...

Si j'accepte mes échecs en silence,
Je renonce à laisser ma trace,
Si je plie du poids de ma conscience,
Je me redresse et lui fais face...
Si j'oublie ce qui reste de possible,
Je revois des fantômes m'embrasser
Si je m'éloigne d'espérances-cibles,
Je m'approche, je crois, de la vérité...
Ce qui s'est détruit sur la route
Se reconstruit dans mes doutes
Ce qui s'est brisé de mes mains
Se répand comme du venin
Dans mon coeur, dans mon âme
Ce qui s'est enfuit dans la nuit
Se représente chez mes ennemis
Ce qui s'est perdu par lâcheté
S'étend comme une ondée
Sur mes peurs, sur mes drames...

Je m'appelle Courage,
S'est-on déjà rencontré ?

Jim Cobrel