logo
Pour accéder à toutes les fonctionnalités de Dixily,
vous devez activer JavaScript.
Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur.
Dixily
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Connexion

Un monde littéraire...
Et bien plus...

Blog

07012021


L’année dernière, j’ai pu découvrir l’auteur « VII » lorsque j’avais lu et chroniqué son ouvrage « Psychodrome ». J’avais adoré l’idée, le mode de pensée, les messages du roman bref, à peu près tout. Alors forcément, lorsque j’ai découvert qu’il avait écrit et publié quatre romans, j’ai su qu’il allait falloir que je lise les trois autres. Et c’est à ce moment qu’il m’a proposé de découvrir « Magma ». Comment refuser ? Alors plongeons-nous dans ce nouveau récit, voulez-vous ?

Résumé : Célèbre icône de l’hyperforme, Deborah Sapoznik cherche à prendre ses distances avec le monde de l’art. Le temps d’un été, elle emménage avec son fils Yoni sur l’île de Napampark. Rapidement, l’adolescent tombe sous l’emprise d’une voisine qui souhaite l’initier à une obscure pseudo-science appelée psynésie. Programmé par des mots déclencheurs qui produisent chez lui de vives réactions émotionnelles, il sombre peu à peu dans la psychose et devient une menace pour tous les habitants de Napampark.


Mon avis : On commence le roman « in medias res » par l’arrivée de Deborah dans l’hôpital où son fils est hospitalisé, avant de plonger dans le passé (deux mois plus tôt, sur l’île) pour découvrir tous les événements qui ont menés à cet instant. On découvre ainsi le personnage de Deborah, clairement une femme forte et qui attache une grande importance à sa famille (et elle adore juger et fumer). Sa relation avec son fils nous est présentée lors du second chapitre, lorsque nous remontons dans le temps. Elle semble alors être une mère attentionnée, qui a une relation plus ou moins fusionnelle avec son fils. Yoni semble aimer particulièrement la technologie, surtout les « machines », des « boîtes à rythme » comme il les appelle. Très rapidement, j’ai commencé à apprécier l’adolescent qui n’a pas tardé à montrer des signes de « détresse ». Au bout de seulement quelques pages, il commence à se sentir mal, à être parfois grossier (sachant que ça a l’air d’être assez rare) et de sentir des bouffés d’émotions en permanence, dès que quelqu’un dit certains « mots-clés ». Finalement, on finit par apprendre l’existence de la psynésie et ce que ça implique. Au départ, ça paraît assez intriguant, prometteur même. Et aux fils des pages, lorsqu’on en découvre les effets sur Yoni, on se rend compte de sa puissance…destructrice.

La voisine, nommée également Antosca, est une adepte et se propose bien vite d’y initier le jeune homme. C’est vraiment à cet instant que le roman amorce son tournant vers la psychose de Yoni. J’avoue que certaines descriptions de ce qui se passe lors d’une transe m’ont un peu perdue, ainsi que la volonté d’Antosca de vouloir faire de Yoni une sorte de surhomme. Je suppose que c’était un peu le but, nous rendre confus, à la fois sur les intentions de la jeune femme mais également sur ce que tout cela a comme effet sur le jeune homme (des effets que même Antosca ne semblait pas avoir prévu). Plus les pages défilent et plus Yoni devient dangereux, reclus et distant, comme s’il n’était plus lui-même. On a également le point de vue de Deborah, qui est évidemment inquiète pour son fils, qui souhaite le protéger mais qui ne sait pas comment. Et il y a le reste de l’île, avec d’autres personnages qui arrivent et repartent régulièrement, qui ne savent pas ce qui se passe et qui ne souhaitent pas savoir, qui se contente de juger, considérant Yoni comme le fils d’une célébrité qui pense qu’il peut faire et dire ce qu’il veut quand il veut. Quant à la fin… Je ne suis pas sûre de l’avoir comprise. Encore une fois, ce sont des procédés de contrôle mental, où une personne peut réussir visiblement à en tuer une autre rien qu’en lui faisant écouter un certain son… Il y a donc un certain degré de confusion.

Pour finir, je dirais que c’est un très bon roman. La critique de la société est présente, bien sûr, mais bien faite. Les descriptions des diverses réactions face à un jeune homme qui se fait clairement manipuler et où sa mère est la seule personne qui s’en rend compte est extrêmement réaliste (malheureusement). A l’image de « Psychodrome », « Magma » est également un roman poignant et philosophique qui nous amène à nous poser des questions sur nous-même et notre condition d’être humain fragile et manipulable. Un grand bravo !

Dixily aime ce message

Commentaires

forum
Aucun commentaire
Soyez le premier à commenter
Commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter.
ConnexionInscription