Il faisait nuit, l'aube allait bientôt étendre sa lumière angélique sur le monde des terrestres. Quelque chose allait pourtant briser cet instant si beau d'un réveil de la nature ; Une brise humide rencontrant de la mousse verdoyante au pied d'un arbre centenaire et des biches galopants de part et d'autre des bois en éveils. 
   Au cœur de la forêt, là où la lumière de l'aurore naissant n'avait pas encore pu pénétrée à travers les branches foisonnantes et épaisses, un mal guettait. C'est alors qu'une masse noirâtre, putréfiante et d'apparence étrangement humaine sortit du sol embrumé et boueux de la sylve. Les animaux, quoique rares dans cette partie sombre des bois, s'enfuirent avec une hâte effrayante. 
   A bride abattue, une silhouette féminine se distingua. Celle-ci se leva, couverte d'une substance impossible rappelant celle du pétrole et en l'espace d'un moment, ce rugueux liquide devint un fin voile dentelé. Sombre et majestueux à la fois, il laissait à peine traverser les rayons de la lumière, épousant à la perfection les magnifiques formes de la créature. 
   Elle prit une longue inspiration et étendit ses bras de bas en haut. Son regard se posa sur une incroyable bête ; un cerf fier et débordant de majesté. Le gibier n'avait, semblait-il, pas était apeuré. 
   Elle pouvait sentir son cœur battre, sa respiration s'accélérer et ses pupilles se rétracter. Elle pencha légèrement sa tête, sourit et d'un simple battement de paupière, fit arrêter les ventricules de l'animal. Le cerf s'effondra sur le sol fangeux de la futaie.